Confesser sa foi ; controverse religieuse et identités confessionnelles au temps des guerres de religion (XVIe-XVIIe siècles)

( Aucun avis )

À propos

La fracture religieuse du XVIe siècle ne fut pas constituée que de querelles de clercs et de professionnels de la foi. Elle bouleversa aussi la vie des fidèles et fit très vite à chacun l'obligation de se déterminer, avec plus ou moins de courage et de clarté, et donc d'affirmer sa foi, par la parole bien sûr, mais aussi par d'innombrables gestes de la vie quotidienne. Débats publics soigneusement organisés, querelles de tavernes, disputes de marché, nécrologies, portraits et médailles des réformateurs devinrent ainsi autant d'occasions et de moyens de confesser sa foi à Dieu, à soi-même et aux autres, de dire ce que l'on croyait et comment.
C'est à retracer ces lieux et ces signes de la construction moderne des identités confessionnelles, en France mais aussi dans l'Empire et en Suisse, que s'attache ce livre, adossé à une ample documentation inédite en français.

Categories : Sciences humaines & sociales > Histoire > Histoire généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'histoire

  • EAN

    9791026700319

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    223 Pages

  • Copy

    Authorized

  • Print

    Authorized

  • Poids

    2 181 Ko

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Diffuseur

    Harmonia Mundi

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Olivier Christin

Professeur d'histoire moderne à l'Université de Lyon II dont il est par ailleurs le président, Olivier Christin est spécialiste des guerres de religion et des relations entre arts visuels et réformes religieuses des XVIe-XVIIe siècles. Sur ces questions, il a publié plusieurs ouvrages et notamment Une révolution symbolique : l'iconoclasme protestant et la reconstruction catholique (Minuit, 1991) ; La paix de religion : l'autonomisation de la raison politique au XVIe siècle (Seuil, 1997) ; Les yeux pour le croire : les Dix commandements en images (Seuil, 2003).

empty