Le Révizor ; le mariage

Traduction MARC SEMENOFF  - Langue d'origine : RUSSE

À propos

Créée à Saint-Pétersbourg en 1836, d'après une histoire racontée à Gogol par Pouchkine, Le Révizor est la plus célèbre comédie du théâtre russe : Khlestakof, un jeune voyageur, tout juste arrivé dans une petite ville de province, est pris par les notables pour l'envoyé secret du tsar chargé d'enquêter sur eux. Auprès du rusé Khlestakof, qui n'en demandait pas tant, les notables vont rivaliser d'amabilités et de largesses.
Le Mariage, créé en 1842 mais écrit au même moment que Le Révizor, raconte les atermoiements d'un fonctionnaire, Podkoliossine, célibataire endurci décidé, peut-être, à ne plus le rester.
Traduction de Marc Semenoff, 1922
EXTRAIT
LE PRÉFET DE LA VILLE. - Je vous ai invités, messieurs, pour vous annoncer une nouvelle quelque peu désagréable : le révizor arrive.
AMMOSS PHIODOROVITCH. - Quoi ! Le révizor ?
ARTEMI PHILIPPOVITCH. - Quoi ! Le révizor ?
LE PRÉFET. - De Petrograd, incognito, et avec des ordres secrets !
AMMOSS PHIODOROVITCH. - Ah ! par exemple !
ARTEMI PHILIPPOVITCH. - Nous n'avions pas assez d'ennuis, il nous fallait encore cette tuile !
LOUKA LOUKITCH. - Seigneur Tout-Puissant ! Est-il possible d'arriver avec des ordres secrets !
À PROPOS DE L'AUTEUR
Nikolaï Vassiliévitch Gogol est un romancier, nouvelliste, dramaturge, poète et critique littéraire russe d'origine ukrainienne, né à Sorotchintsy dans le gouvernement de Poltava le 19 mars 1809 et mort à Moscou le 21 février 1852.



Categories : Littérature générale > Théâtre

  • EAN

    9782371240186

  • Disponibilité

    Disponible

  • Copy

    Authorized without restriction

  • Print

    Authorized without restriction

  • Poids

    307 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

Nicolas Gogol

1809-1852
Après des études médiocres, il s'établit à dix-neuf ans à Saint-Pétersbourg, où il trouve une place d'expéditionnaire dans un ministère. Instable, il abandonne bientôt son emploi et se met à écrire. Il se lie alors avec Pouchkine, qui sera pour lui un excellent conseiller. Un roman, 'Tarass Boulba', lui vaut une chaire d'histoire à l'université de Saint-Pétersbourg. Gogol donne alors une série de nouvelles pétersbourgeoises qui mettent l'accent sur le divorce existant entre le rêve et la réalité. De 1841 date son chef-d'oeuvre, qui introduisit le thème de la pitié sociale dans la littérature russe, 'Le Manteau'. En 1841, il rentre en Russie pour la publication de son roman 'Les âmes mortes' dont la seconde partie ne fut pas publiée. En 1848, il part pour Jérusalem afin de travailler, dit-il, à sa perfection spirituelle. Il en revient dans un état d'exaltation religieuse extraordinaire, et mène désormais une vie de prière et de jeûne. Épuisé, il meurt d'une fièvre typhoïde en 1852.

empty